Isolation naturelle du sol : comment procéder ?

  • Eco Habitat
  • 4 min read
plancher

Que vous soyez en appartement ou dans un logement individuel, l’isolation naturelle du sol est généralement importante pour isoler acoustiquement et thermiquement. Elle permet à la fois de faire des économies d’énergie et d’améliorer votre confort thermique. Découvrez ici les différentes méthodes ainsi que les matériaux à utiliser pour isoler naturellement votre sol.

Qu’est-ce que l’isolation naturelle du sol ?

L’isolation naturelle du sol est la réduction des ponts thermiques passant par le sol d’une construction à travers l’usage :

  • d’une méthode de quelque nature que ce soit (isolation au-dessous du sol ou au-dessus du sol) et
  • d’isolants naturels comme la laine de mouton, le lin, le chanvre, etc.

L’avantage de ces derniers est qu’ils n’ont aucun impact nocif sur la santé. De fait, les matériaux naturels ne contiennent pas de fibres irritantes. Néanmoins, les procédés de fabrication de même que leur commercialisation ne sont pas sans conséquence pour l’environnement étant donné qu’ils requièrent une lourde consommation d’énergie.

En rénovation comme en construction, l’isolation naturelle du sol est un élément indispensable permettant de réduire jusqu’à 10 % les pertes de chaleur et de réaliser des économies d’énergie.

Les différentes techniques d’isolation naturelle du sol

Cette isolation peut se faire par le dessus ou par le dessous. C’est la configuration du bâtiment qui définit la technique à choisir.

Isolation par le dessous

L’isolation naturelle du sol par le dessous est tributaire de l’existence ou non soit d’un vide sanitaire soit d’un espace non chauffé de votre maison (sous-sol, garage, cave, etc.). Cette technique est à privilégier dans le cadre d’un projet de rénovation.

On désigne par vide sanitaire l’espace vide (rempli d’air) entre le sol naturel humide et le sol de votre maison. Si votre habitation en dispose, l’isolation naturelle du sol par le dessous est la méthode à choisir. Elle se fait sur l’espace vide ou sur le plafond du vide sanitaire et suivant plusieurs techniques. Vous pouvez :

  • placer ou coller soit des panneaux isolants rigides sur le plafond soit des rouleaux pour un plancher en bois ;
  • installer une chape flottante coulée sur une couche isolante en polyuréthane, polystyrène, etc., qui repose elle-même sur un plancher existant,
  • créer un plancher à hourdis. Il s’agit d’un plancher préfabriqué en béton et composé de petites poutres sur lesquelles s’intercalent des hourdis en béton, isolants ou légers.

Isolation naturelle du sol par le dessus

L’isolation naturelle du sol par le dessus est recommandée dans le cas d’une construction. Elle est également à privilégier si votre habitation ne possède pas d’espace non chauffé ou de vide sanitaire, voire pour une construction sur terre-plein en rénovation. Cela requiert l’accès à la partie supérieure de la dalle de manière à ôter le revêtement (carrelage, plancher, parquet, etc.). Les différentes méthodes pour réaliser cette isolation par le dessus sont :

  • isolation naturelle du solpose de chape flottante ;
  • pose de chape isolante thermique (c’est une couche en ciment placée sous le plancher sur laquelle est posé le revêtement de sol) ;
  • pose de plancher à hourdis ou entrevous ;
  • pose d’isolant en panneaux ou en plaque sous la dalle.

Notez qu’il est déconseillé de poser une chape isolante sur un sol humide. Quoi qu’il en soit, dès que vous réalisez les travaux d’isolation par le dessus, l’épaisseur du sol existant augmentera de 8 à 15 cm. Pour cette raison, vous devrez perdre en hauteur sous plafond et raboter vos portes et autres issues au niveau du sol.

Quel isolant choisir pour cette isolation ?

Il existe de nombreux isolants naturels pour l’isolation du sol. Chacun d’eux possède ses caractéristiques et spécificités propres. Il faut donc prendre en considération les critères de performance du matériau comme sa conductivité, sa résistance thermique et son épaisseur pour choisir. Vous devez privilégier les isolants naturels ayant de très faibles conductivités.

Notez qu’en général, la conductivité thermique est comprise entre 0,025 et 0,050 W/m. K. Votre budget et la technique de pose employée doivent également entrer en ligne de compte. Les isolants naturels possibles se présentant sous la forme de mousse à projeter, de rouleaux, de panneaux rigides ou en vrac sont le liège, la fibre de bois, la laine végétale (laine de chanvre, fibre de lin), la ouate de cellulose, la mousse polyuréthane, la laine de verre, la laine de roche, le polystyrène expansé ou extrudé, etc.

Conclusion

En somme, opter pour l’isolation naturelle du sol c’est choisir d’augmenter son confort, de diminuer les déperditions de chaleur par le sol et de réduire sa consommation d’énergie au moyen de matériaux naturels.