Accueil

La tendance est que l’homme réduise son empreinte écologique. C’est l’habitat qui est un des éléments qui concentre le plus de consommation de ressources par l’homme. Différents concepts identiques ou voisins se développent. Chacun a entendu parler de maisons écologiques, de maisons passives ou encore de maisons basse-énergie. Qu’en est- il ?

Qu’est ce qu’un maison écologique ?

Une maison écologique se base sur l’utilisation des écosystèmes et des flux énergétiques naturels pour réduire son impact sur l’environnement.

Comme un écosystème, une maison écologique conserve les ressources (énergie, eau, nourriture et matériaux). Elle produit aussi des ressources, ou du moins en rassemble et en stocke plus qu’elle n’en utilise. Les ressources « supplémentaires » peuvent aussi être mises à profit pour en faire bénéficier  l’environnement pour soutenir la vie aux alentours.

A l’opposé d’une maison traditionnelle qui est consommatrice nette de ressources. Les éléments essentiels de la vie s’ y déversent, sont dissipés ou dégradés jusqu’à ce qu’ils deviennent inutiles et soient rejetés dans l’environnement.

La maison devient un écosystème

Dans un écosystème, et dans une maison écologique idéale, il n’ y a pas de déchets car le flux des ressources est circulaire. Comme les maisons, les écosystèmes importent de l’énergie, le plus souvent solaires. L’énergie est d’abord stocké sous forme de biomasse végétale et est ensuite distribuée comme nourriture aux  d’habitants des écosystèmes. La clé de la durabilité des écosystèmes, l’énergie stockée continue à circuler, comme les nutriments échangés, jusqu’à ce qu’elle revienne aux plantes.

Les systèmes d’habitation humaine – des villes aux maisons – créent des flux d’énergie et de matériaux à sens unique, laissant les boucles ouvertes. Aux écosystèmes peuvent s’appliquer ces trois termes : réduire, réutiliser, recycler.  Les systèmes humains existent depuis à peine un million d’années, et ils n’existeront peut-être plus s’ils ne se conforment pas à la règle de la nature selon laquelle « déchets = nourriture ».

Créez une boucle pour installer votre écosystème à la maison

Compostez vos restes de nourriture et utilisez-les comme engrais pour le  jardin.

L’approche usuelle de la consommation des aliments en boucle ouverte, c’est à dire avec es surplus et déchets allant dans les poubelles ménagères élimine les restes riches en nutriments.

Pour leur élimination, il faut alors de l’énergie supplémentaire pour le ramassage et la destruction. Si vous transformez vos matières organiques inutilisées en aliments végétaux et que vous utilisez l’énergie solaire pour produire de la nourriture humaine, vous avez bouclé une boucle et réduit l’impact environnemental de votre famille.

En plus de la circulation interne des éléments nutritifs, les écosystèmes contribuent à la vie dans leur région et dans la biosphère en libérant de la nourriture, de l’eau et des minéraux non utilisés dans leur environnement à des moments appropriés.

De même, un « écosystème domestique » peut redistribuer une ressource telle que les « eaux grises » – par exemple, l’eau de douche, qui est assez propre pour certains usages – et stocker cette eau dans les tissus végétaux, par exemple, dans les arbres fruitiers cultivés sur la propriété.

Au moment de la récolte, une partie de l’eau est redistribuée à votre famille sous forme de fruits, fermant ainsi une boucle locale, et une partie est expirée pour permettre une bonne recirculation dans l’atmosphère lorsque les feuilles sèchent et tombent (par opposition à un traitement malsain et énergivore dans une station d’épuration). Les feuilles séchées peuvent bien sûr être utilisées comme compost et paillis pour le potager de l’année prochaine.

Qu’est-ce qu’une maison passive ?

Le terme maison passive est devenu une norme de construction qui repose sur différents éléments :

  • éconergétique
  • confort
  • coût
  • écologique
maison-passive-schema
source Pascal Billery-Schneider – commons.wikimedia.org

La consommation énergétique

Une maison passive est plus qu’un bâtiment à faible consommation d’énergie même si la consommation d’une maison passive est très réduite voire inexistante. Par rapport à une maison habituelle les dépenses en énergie liées au chauffage et à la climatisation peuvent être réduite de 90 % et de 75 % par rapport aux nouvelles constructions.

Des économies d’énergie similaires ont été démontrées dans les climats chauds où les bâtiments nécessitent plus d’énergie pour la climatisation que pour le chauffage.

Le confort des maisons passives

Les maisons passives sont également appréciées pour leur haut niveau de confort. Elles mettent à profit les sources d’énergie interne au bâtiment, comme la chaleur corporelle des résidents ou la chaleur solaire qui pénètre dans le bâtiment.

Pour garder la chaleur dans la maison l’hiver et l’empêcher d’entrer l’été, la maison passive doit avoir :

  • Des fenêtres appropriées avec une bonne isolation thermique
  • un revêtement extérieur du bâtiment constitué de murs extérieurs bien isolés
  • un toit aussi isolé
  • une dalle de plancher
  • une absence de ponts thermiques

Il faut y adjoindre un système de ventilation qui fournit constamment de l’air frais assurant une qualité d’air supérieure sans provoquer de courants d’air désagréables. Un récupérateur de chaleur à haute efficacité permet de réutiliser la chaleur contenue dans l’air vicié.

Une maison chaude l’hiver et fraîche l’été vous donne un niveau de confort important.

Le coût d’une maison passive

Les maisons passives permettent à leurs occupant de réaliser des économies d’énergie sur le long terme. soyez rassuré, elles sont aussi étonnamment abordables quand il faut aborder la question de l’investissement. Les éléments de construction de qualité supérieure requis par la norme sur les maisons passives est atténué par l’élimination des coûteux systèmes de chauffage et de refroidissement.

Un maison passive est écologique

Les maisons passives  consomment très peu d’énergie primaire, ce qui laisse suffisamment de ressources énergétiques pour toutes les générations futures sans nuire à l’environnement.

L’énergie supplémentaire requise pour leur construction, l’énergie grise, est réduite par rapport à l’énergie qu’ils économisent plus tard.

La ventilation est indispensable

Les nouveaux bâtiments sont de plus en plus étanches à l’air, la ventilation par les joints et les fissures ne suffit pas à elle seule à fournir de l’air frais à l’intérieur.

Ouvrir les fenêtres n’est pas la solution. L’air frais n’est pas seulement une question de confort, mais une nécessité pour un mode de vie sain – La qualité de l’air intérieur est l’objectif de performance de base. Les systèmes de ventilation sont donc la technologie clé pour tous les bâtiments résidentiels et rénovations.
Même si les systèmes de ventilation nécessitent un investissement supplémentaire, ils finissent par réduire considérablement les coûts énergétiques.