Les matériaux biosourcés, une alternative écologique pour la construction

Classé dans : Eco Habitat | 0

Le développement durable et ses multiples enjeux constituent de nos jours la préoccupation principale des acteurs du domaine de l’habitat. L’écoresponsabilité dans l’édification ou la réfection requièrent que l’on ait recours à de nouveaux matériaux de construction : les matériaux biosourcés. Le présent article aborde en détail ce que c’est que ces matériaux. Vous découvrirez par la suite leurs avantages et leurs inconvénients.

Qu’est-ce qu’un matériau biosourcé ?

On désigne par matériau biosourcé un matériau constitué partiellement (même 1 %) ou totalement de matières d’origine biologique. On parle également d’éco-matériau. En d’autres termes, il s’agit d’un corps peu polluant qui possède une faible empreinte écologique. Il est aussi possible qu’il soit local, ce qui rend son acquisition très facile. On peut par exemple s’en approvisionner sur une petite distance.

En réalité, le matériau peut être en partie ou entièrement conçu avec des éléments recyclés. On distingue divers types de matériaux biosourcés : sylviculture (bois et dérivés), agricole (laine de mouton, paille, chanvre, lin, etc.) et recyclage (carton et papier recyclé).

Au cours d’un projet, il est fondamental de déterminer correctement votre orientation biosourcée avant votre construction ou votre rénovation. Grâce à cela, vous pourrez bien choisir vos produits renouvelables.

Quelques exemples de matériaux biosourcés ?

De multiples matériaux sont qualifiés de « biosourcés ». On les reconnaît par leurs caractères écologiques. Découvrez donc quelques exemples dans les lignes suivantes.

La paille

La paille est une matière qui peut avoir de nombreuses origines : orge, lavande, chanvre, triticale, riz, blé, sorgho, froment ou seigle. Avant d’utiliser ce type de matériaux biosourcés, il doit être conditionné sous forme de bottes à la suite de la fauchaison. On emploie ces bottes pour remplir les murs et la toiture ou pour réaliser l’isolation thermique par l’extérieur. Elles s’associent également très bien avec une ossature bois.

Le chanvre

Plante à croissance prompte, le chanvre est caractérisé par ses attributs médicinaux ou psychotropes. Cependant, il est bien sûr utilisé dans le bâtiment. Il provient d’une culture non génétiquement modifiée et ne nécessite alors pas de traitement chimique.

La ouate de cellulose

Émanant du recyclage de journaux, la ouate de cellulose fait également partie des matériaux biosourcés. Elle peut être directement employée en vrac ou achetée sous forme de panneaux. On l’utilise en majorité pour isoler les murs, les combles ou le plancher.

Le bois

Le bois est une matière généralement exploitée en raison de ses aptitudes structurelles. On l’utilise également pour sa capacité d’isolation thermique (la fibre ou la laine de bois). On retrouve en outre des systèmes constructifs qui se servent des caissons pleins de copeaux de bois intégré au sein de la structure. Cela garantit une isolation thermique tout en maintenant l’épaisseur initiale des murs.

Le liège

Comme autre exemple de matériaux biosourcés, on compte le liège qui est utile pour l’isolation des murs intérieurs et extérieurs, les combles, les planchers. Il est disponible sous forme de rouleaux, de panneaux ou de granulats. Ce produit, souvent importé en France, a une bonne réaction face au feu.

Pourquoi utiliser ces matériaux pour votre construction ?

matériaux biosourcésLes matériaux biosourcés présentent de multiples avantages. Généralement français, ils exigent peu de transport. Ils contribuent aussi au stockage de carbone atmosphérique ainsi qu’à la préservation des ressources naturelles. Ils rivalisent avec les mousses alvéolaires et les laines minérales industrielles, car ils proposent des performances semblables, voire supérieures.

Les matériaux biosourcés ont en effet un coefficient thermique qui peut varier de 0,035 à 0,051 W/(m.K) contre 0,030 à 0,042 W/(m.K) pour les matériaux d’isolations classiques. La majorité de ces produits offre par conséquent une meilleure efficience que les isolants traditionnels. En outre, ils sont efficaces en termes d’acoustique et de la régulation hygrométrique. Bien évidemment, ils possèdent une excellente durabilité et conservent leurs qualités dans le temps.

Présentent-ils des inconvénients ?

Par définition, un matériau biosourcé est une matière d’origine végétale ou animale. En conséquence, il est susceptible d’être atteint par les moisissures ou les champignons. Pour éviter cela, les matériaux biosourcés subissent alors un traitement chimique.

Il faut d’ailleurs être très attentif au moment de la pose parce qu’en dépit du traitement, ils ne doivent pas être en contact avec un milieu excessivement humide. Il existe des matériaux biosourcés qui nécessitent d’être conditionné dans une enveloppe qui a pour fonction de les dissocier des autres matériaux et ainsi de les protéger.

Conclusion

En somme, les matériaux biosourcés sont des matières issues de la biomasse animale ou végétale ou encore de ressources non employées en agriculture. On en distingue plusieurs dont les principaux sont le bois, la ouate de cellulose, le chanvre, la paille et le liège. Ils sont appréciés pour leurs nombreux avantages, notamment leur caractère écologique. Néanmoins, ils sont traités chimiquement pour éviter les moisissures et champignons.