Construire une maison passive

Classé dans : Uncategorized | 0

Sur une planète aux ressources limitées et à la logique de croissance systématique, on prend de plus en plus conscience de l’insoutenabilité d’une telle situation. C’est pour cette raison que la démarche de construire une maison passive prend de l’ampleur.

Il est important de réduire autant que possible la consommation d’énergie afin de faire fonctionner nos maisons avec des énergies renouvelables sans réduire le confort auquel nous sommes habitués. Mais comment atteindre cet objectif ? Et qui plus est, est-il nécessaire de sacrifier le confort que notre société a atteint ces derniers temps ?

La réponse réside dans un modèle de logement autosuffisant qui exige un minimum d’énergie pour garantir le confort du XXIe siècle, se posant ainsi comme une alternative pour l’avenir qui se nourrit des concepts de l’architecture traditionnelle – apprendre de l’histoire pour ne plus faire les mêmes erreurs. Ainsi, cet amalgame de stratégies architecturales partage une série de clés que nous allons développer dans l’article d’aujourd’hui.

Qu’est-ce qu’une maison passive ?

Une maison passive est une maison conçue et construite pour consommer peu d’énergie, économisant jusqu’à 90% de la consommation d’énergie d’une maison ou même ayant une maison autosuffisante. Mais avant tout, une maison passive est une maison confortable et saine, qui assure la bonne qualité de l’air que nous respirons et les bonnes températures pour prévenir tout type de maladie.

Une maison passive est comme un contenant hermétique où l’utilisateur peut contrôler des variables clés de confort et d’énergie comme la ventilation, la qualité de l’air et la température.

Une maison passive est donc une maison efficace, très éconergétique. D’une manière générale, cette forme d’architecture combine des systèmes de construction et des matériaux qui travaillent en notre faveur pour obtenir des conditions environnementales intérieures agréables et saines. Les stratégies de réalisation d’un tel projet sont divisées en deux catégories : passive et active, les premières utilisant des ressources naturelles et les secondes des systèmes mécaniques pour couvrir le reste de la demande énergétique pendant les mois où les conditions extérieures sont les plus défavorables.

Naissance des maisons passives

Les maisons passives sont apparues en Allemagne au début des années 1990. Leur objectif était de créer un confort intérieur élevé dans une maison à très faible consommation d’énergie (presque nulle) et un coût abordable qui nous permet de récupérer l’investissement initial à court et moyen terme.

Les maisons passives utilisent les principes de la conception bioclimatique combinée à une efficacité énergétique élevée. Minimiser l’utilisation des systèmes de climatisation conventionnels.

Ce sont des maisons conçues pour tirer le meilleur parti de la lumière et du rayonnement solaire, avec une très haute isolation thermique et un renouvellement constant de l’air grâce à un système de ventilation avec récupérateur de chaleur.

La chose la plus intéressante à propos des maisons passives, c’est qu’elles ne nous disent pas quel type de maison nous devrions avoir, ni quels matériaux, systèmes de construction ou technologies nous devrions utiliser.

Critères de certification Maison passive pour les bâtiments résidentiels selon la norme PassivHaus

maison-passiveLorsque votre maison passive a été construite, les essais techniques et la certification sont la dernière étape pour pouvoir dire qu’une propriété est construite selon les normes Passivhaus. C’est la seule garantie que le bâtiment est conforme aux exigences fixées par le Passivhaus Institut en Allemagne et au niveau de confort intérieur et de qualité énergétique du bâtiment pour le client.

Une série d’exigences pour qu’une maison soit considérée comme une maison passive. Si une entreprise ou une personne veut certifier sa maison comme maison passive, elle doit nécessairement se conformer à cette norme et être certifiée par les institutions accréditées à cette fin.

Conception bioclimatique

Le design bioclimatique est une stratégie de design dont l’objectif est d’obtenir un confort maximal dans une maison avec une consommation d’énergie minimale. Les sources d’énergie naturelles et les conditions climatiques locales sont utilisées pour y parvenir.

Toujours en tenant compte de facteurs tels que l’orientation de la maison, la lumière naturelle disponible, la trajectoire du soleil, les vents dominants, etc.

Une conception bioclimatique doit, entre autres, être proactive :

  • Profitez au maximum de la chaleur du soleil et orientez les plus grandes ouvertures de la maison dans le sens de la course du soleil. J’ai appelé cette orientation la façade Optima.
  • Une bonne protection en été contre l’excès de chaleur, grâce à des éléments qui génèrent une ombre contrôlée.
  • Réduire au maximum les pertes énergétiques dans la maison.
  • Générer une ventilation naturelle contrôlée à l’intérieur de la maison.
  • Profitez des techniques et des matériaux de construction qui protègent la santé des gens et l’environnement.

Une conception bioclimatique n’implique pas de générer des coûts élevés dans la construction d’une maison. Grâce à ces stratégies, des économies d’énergie importantes peuvent être réalisées, que ce soit pour le chauffage ou la climatisation de la maison.

En conclusion, on a tendance à utiliser des stratégies de conception passives pour tirer parti de l’énergie que la nature nous offre.

Excellente isolation thermique

Une maison mal isolée consommera jusqu’à 30 % plus d’énergie qu’une maison bien isolée thermiquement.

Ce qui fait une bonne isolation, c’est qu’elle réduit les pertes de chaleur en hiver, maison chaude par temps froid, et les gains en été, maison fraîche par temps chaud, ce qui implique une faible demande énergétique pour la climatisation.

Une maison passive prévoit une épaisseur considérable d’isolation thermique, évitant les pertes de chaleur dans la maison et prenant au minimum la subvention de chauffage supplémentaire.

Il y a 3 points clés où une maison perd de la chaleur et où, précisément, une maison passive les évite :

Isolation du sol

Et même si vous n’y croyez pas, les maisons passives (pas toutes, cela dépend du climat local et des exigences basées sur le calcul) utilisent une isolation thermique dans le sol.

Oui, il isole toute la base de la maison, puisque ce que nous recherchons, c’est d’avoir une maison contrôlée à 100% en termes de perte de chaleur.

Isolation du toit

Le toit est un élément critique et d’une grande importance dans une maison passive, en essayant d’installer une bonne couche d’isolation (entre 20 et 30 cm) car c’est ici que plus d’entrées et de sorties peuvent avoir à la fois le froid et la chaleur.

Isolation des murs extérieurs

Selon le climat local et les calculs, les murs ont généralement entre 20 et 40 cm. d’isolation.

L’isolation thermique des murs est ce que nous connaissons le mieux et il existe de nombreux matériaux naturels et économiques avec lesquels vous pouvez obtenir une très bonne isolation thermique.

Fenêtres et portes de haute qualité

Un autre des points critiques de la perte de chaleur dans une maison est dû à la mauvaise qualité des portes et des fenêtres. Cela représente entre 25% et 30% du coût de chauffage d’une maison.

En ce qui concerne les portes et les fenêtres, il est important de tenir compte :

  1. Leur emplacement (orientation par rapport à la trajectoire solaire) au moment de la conception de la maison.
  2. Les matériaux utilisés doivent avoir un très faible coefficient de transmission thermique.
  3. Essayez des fenêtres à double ou triple vitrage (selon le climat local et les calculs) remplies d’un gaz inerte.

Très important : Assurer une installation correcte est fondamental pour atteindre une haute efficacité énergétique.

Cela vaut la peine d’investir de l’argent dans des portes et des fenêtres qui empêchent les pertes de chaleur, que vous payez pour toute la durée de vie utile de la maison pour cette chaleur qui est perdue à tout moment.

Une maison passive permet d’économiser entre 75 et 90 % des coûts énergétiques d’une maison. Faites le calcul et vous verrez combien d’argent vous allez économiser dans 10 ou 20 ans.

Absence de ponts thermiques

Les ponts thermiques sont des endroits dans l’enveloppe d’une maison où la chaleur ou le froid est plus facilement transmis aux autres pièces.

Les ponts thermiques peuvent naître en raison de :

  • Conductivité différente des matériaux.
  • Différentes épaisseurs de matériaux.
  • Problèmes géométriques.

La chaleur suivra toujours la voie de la moindre résistance, de sorte qu’elle se déplacera plus rapidement à travers les matériaux à conductivité thermique élevée : comme les fenêtres en aluminium.

Un autre exemple pourrait être une vis qui relie deux planches de bois. Comme la vis conduit la chaleur mieux que le bois s’échappe plus de chaleur à travers la vis qu’à travers le bois.

Afin d’obtenir une maison thermiquement efficace, il est très important d’éviter les ponts thermiques et donc de réduire autant que possible les pertes de chaleur.

Eviter les ponts thermiques :

  • Ne pas interrompre la couche d’isolation.
  • En cas d’interruption de la couche d’isolation, utiliser un matériau présentant la résistance thermique la plus élevée.
  • Prendre soin des joints entre les éléments constructifs.

Il est très important de s’occuper de l’exécution des travaux, c’est-à-dire de la construction de la maison elle-même. Surtout d’être très soigneux dans l’installation des portes et fenêtres, les rencontres entre le mur et la couverture, les équidés, l’isolation thermique, etc.

Les techniques d’inspection permettant de détecter les ponts thermiques (y compris les défauts d’isolation, l’humidité, etc.) sont réalisées par thermographie.

L’avantage de la thermographie est qu’elle nous permet de calculer et de déterminer les températures à distance, avec précision et sans contact physique avec l’objet à étudier, en l’occurrence une maison.

Ventilation mécanique avec récupération de chaleur

Une des grandes contributions des maisons passives est la qualité de l’air à l’intérieur de la maison, fournissant ainsi un environnement propre et sain pour les gens qui y vivent. Les systèmes de ventilation mécanique permettent de renouveler continuellement l’air à l’intérieur de la maison passive, assurant ainsi le confort thermique de notre maison.

Grâce à la présence d’un récupérateur de chaleur, le nouvel air récupère en hiver les calories de l’air vicié que nous extrayons de la maison, ce qui aide à maintenir la température dans la maison.

Par exemple, l’air qui entre à 0º (extérieur) en traversant, sans se mélanger, avec celui qui sort à 22º (intérieur), abandonne l’énergie interne en transformant le 0º en environ 18º, selon l’efficacité du récupérateur et sans système de chauffage.

En été, l’air neuf qui entre dans la maison est refroidi grâce à l’air vicié que nous extrayons de la maison en évitant la surchauffe de la maison.

Etanchéité à l’air

L’étanchéité à l’air est une variable à contrôler. Ceci est obtenu en scellant tous les joints entre les différents matériaux de la maison. De cette façon, il n’y a pas d’infiltrations d’air indésirables.

Afin d’assurer l’étanchéité à l’air, la construction des joints d’étanchéité doit être soignée autant que possible pendant la construction.

L’étanchéité d’un bâtiment est mesurée à l’aide d’un test de pression. Cela consiste à créer une différence de pression entre l’intérieur et l’extérieur grâce à un ventilateur placé dans la porte principale.

Pour être conforme à la norme, le résultat doit être inférieur à 0,6 renouvellement d’air par heure.

Confort et santé

La conséquence la plus importante et vitale de la construction et de la vie dans une maison passive : c’est une maison saine qui prend soin de ceux qui y vivent. Il ne s’agit pas seulement de réduire l’impact sur l’environnement en réduisant considérablement la consommation d’énergie, ni d’économiser des milliers de dollars en coûts de climatisation pendant toute la durée de vie utile de la maison.

Il s’agit de prendre soin de nous et de notre famille. Il s’agit de vivre dans une maison saine, avec une température contrôlée et confortable et de respirer de l’air pur 24 heures par jour.

L’air filtré d’une maison passive évite la présence de poussière et de pollen, ce qui réduit les réactions allergiques.

D’autre part, la faible concentration de CO2 (dioxyde de carbone) et de COV (composés organiques volatils) réduit la sensation de fatigue, certains maux tels que maux de tête, irritation des yeux, du nez, de la gorge, sécheresse du système respiratoire et certaines maladies.

Conclusion

Investir dans une maison passive est utile à plusieurs points de vue. La préservation des ressources, les économies faites sur les dépenses de consommation et la qualité d l’air dans votre habitat. Cela vaut la peine de payer un peu plus lors de la conception, non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *